Métropole transfrontalière Lille-Kortrijk. G. Pluvinage

Autres..., Recherche

        Une maison, un alignement de maison, un bosquet, un entrepôt… une maison, un entrepôt, un alignement de maison, une usine, un bosquet…une maison, un alignement de maison…la route.
La route : des maisons, des alignements de maison, des entrepôts, des bosquets et des usines.

Tout ça posé sur de la terre, et sous un ciel gris-blanc, épais, bas.

Les images sont retravaillées ; les panneaux de signalisation, les feux, les voitures en stationnement, l’horizon, tout est gommé pour ne laisser apparaître que les maisons, les entrepôts, les bosquets et la route. Le ciel est gris-blanc, la lumière épaisse et diffuse vient comme une nappe englober le paysage et le déssaturer de sa couleur.
Ces objets (maisons, entrepôts…), appartenant à la petite échelle, sont ici représentés dépouillés de leurs particularités, de leurs identités, ils en deviennent presque virtuels. Ces images ne parlent plus du lieu où elles ont été prises mais de ce morceau de territoire compris entre Mouscron et Courtrai.
Et pourtant, vidées de leurs particularités, de leurs habitants elles ne racontent plus grand-chose. N’ayant pas, au contraire d’un centre ville, une histoire collective constituante, cette ville est une compilation de petite histoire, de faits divers. Pour moi, citadin-du-centre, elle est dans ses vides, derrière ses buissons et aux cœurs de ses champs un lieu de fantasme et d’imagination. J’ai essayé, en vidant les images de leurs anecdotes, de les rendre suffisamment silencieuses pour qu’on puisse y projeter ? nos propres fantasmes et nos imaginations.